Aline a lu
Les dernières chroniques

« Une simple intervention », Yael Inokai

Traduit de l’allemand par Camille Logoz, Zoé, janvier 2024,...
Lire la suite

« Border la bête », Lune Vuillemin

La Contre allée, janvier 2024, 184 p., 19 €...
Lire la suite

« En vérité Alice », Tiffany Tavernier

Sabine Wespieser, janvier 2024, 288 p., 22 € Tiffany...
Lire la suite

« Rousse », Denis Infante

Tristram, janvier 2024, 144 p., 16,50 € Denis Infante...
Lire la suite

« Qui-vive », Valérie Zenatti

L’Olivier, janvier 2024, 176 p., 19,50 € Dans « Qui-vive »,...
Lire la suite

« Tiohtia : ke [Montréal] », Michel Jean

Seuil, septembre 2023, 224 p., 20 € Michel Jean,...
Lire la suite

« Georgette », Dea Liane

L’Olivier, août 2023, 160 p., 17 € Avec ce...
Lire la suite

« Donato », Eléonore de Duve

Corti, août 2023, 216 p., 21 € Clio la...
Lire la suite
1 2 3 10

S'abonner aux publications

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles récents

Archives

Les dernières chroniques

« Une simple intervention », Yael Inokai

Traduit de l’allemand par Camille Logoz, Zoé, janvier 2024,...
Lire la suite

« Border la bête », Lune Vuillemin

La Contre allée, janvier 2024, 184 p., 19 €...
Lire la suite

« En vérité Alice », Tiffany Tavernier

Sabine Wespieser, janvier 2024, 288 p., 22 € Tiffany...
Lire la suite

« Rousse », Denis Infante

Tristram, janvier 2024, 144 p., 16,50 € Denis Infante...
Lire la suite

« Qui-vive », Valérie Zenatti

L’Olivier, janvier 2024, 176 p., 19,50 € Dans « Qui-vive »,...
Lire la suite

« Tiohtia : ke [Montréal] », Michel Jean

Seuil, septembre 2023, 224 p., 20 € Michel Jean,...
Lire la suite

« Georgette », Dea Liane

L’Olivier, août 2023, 160 p., 17 € Avec ce...
Lire la suite

« Donato », Eléonore de Duve

Corti, août 2023, 216 p., 21 € Clio la...
Lire la suite
1 2 3 10

S'abonner aux publications

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles récents

Archives

MEILLEURES LECTURES DU MOMENT

Une chronique au hasard
09
Fév

« Ce que Majella n’aimait pas », Michelle Gallen

Traduit de l’anglais (Irlande) par Carine Chichereau, Joëlle Losfeld, 352 p., 24 €

Nous sommes en 2006 dans une petite ville d’Irlande du Nord où vivent toujours séparés Protestants et Catholiques, et où le taux de chômage explose sur fond d’alcoolisme endémique. A vingt-sept ans, Majella O’Neill, dont le père indépendantiste a disparu plusieurs années auparavant, vit chez sa mère alcoolique et dépressive, et travaille au « Salé, Pané, Frit ! », le fish-and-chips du coin. Bien que sa grand-mère vienne d’être assassinée, elle poursuit sa routine, agacée seulement par la fausse commisération et la curiosité malsaine des clients : « en fait, Majella n’aimait pas trop les autres ». Sa passivité et ses haussements d’épaules exaspèrent parfois ses semblables, d’autant que nombre de questions restent en suspens : qu’est devenu son père ? Qui a tué sa grand-mère ? En réalité, si la jeune femme semble insensible, se fiche de son excès de poids et assume une sexualité libérée, elle compense son anxiété et sa phobie sociale par des tics nerveux, se réfugiant dans sa chambre d’enfant pour manger, dormir et regarder en boucle de vieux épisodes de « Dallas ». Majella semble engluée dans ce quotidien médiocre empreint de violence, de sexisme et de jalousie, mais survit grâce à son cynisme et à son intelligence, évite autant que possible les situations embarrassantes et accepte son sort sans toutefois s’y soumettre. Roman social et intime, « Ce que Majella n’aimait pas » est servi par une prose argotique et un humour décapant qui éloignent tout pathétique sans oblitérer les émotions profondes et la force de cette héroïne singulière aussi indépendante qu’attachante.

Aline Sirba

We are using cookies to give you the best experience. You can find out more about which cookies we are using or switch them off in privacy settings.
AcceptPrivacy Settings

GDPR