Aline a lu
Les dernières chroniques

« Mississippi », Sophie G. Lucas

La Contre allée, août 2023, 192 p., 18 €...
Lire la suite

« N’ajouter rien », Fabrice Chillet

Bouclard, septembre 2023, 136 p., 19 € Tout commence...
Lire la suite

« MURmur », Caroline Deyns

Quidam, août 2023, 172 p., 19 € Le nouveau...
Lire la suite

« Histoires de la nuit », Laurent Mauvignier

Minuit, janvier 2022, 608 p., 11,50 € Le nouveau...
Lire la suite

« Les enfants Oppermann », Lion Feuchtwanger

Traduit de l’allemand par Dominique Petit, Métailié, février 2023,...
Lire la suite

« Le Roman de Jim », Pierric Bailly

Folio, août 2022, 238 p., 8,10 € La paternité,...
Lire la suite

« Les Collectionneurs d’images », Joanes Nielsen

Traduit du danois par Inès Jorgensen, Le Livre de...
Lire la suite

« Alegria », Manuel Vilas

Traduit de l’espagnol par Isabelle Gugnon, Points, octobre 2022,...
Lire la suite
1 2 3 4 10

S'abonner aux publications

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles récents

Archives

Les dernières chroniques

« Mississippi », Sophie G. Lucas

La Contre allée, août 2023, 192 p., 18 €...
Lire la suite

« N’ajouter rien », Fabrice Chillet

Bouclard, septembre 2023, 136 p., 19 € Tout commence...
Lire la suite

« MURmur », Caroline Deyns

Quidam, août 2023, 172 p., 19 € Le nouveau...
Lire la suite

« Histoires de la nuit », Laurent Mauvignier

Minuit, janvier 2022, 608 p., 11,50 € Le nouveau...
Lire la suite

« Les enfants Oppermann », Lion Feuchtwanger

Traduit de l’allemand par Dominique Petit, Métailié, février 2023,...
Lire la suite

« Le Roman de Jim », Pierric Bailly

Folio, août 2022, 238 p., 8,10 € La paternité,...
Lire la suite

« Les Collectionneurs d’images », Joanes Nielsen

Traduit du danois par Inès Jorgensen, Le Livre de...
Lire la suite

« Alegria », Manuel Vilas

Traduit de l’espagnol par Isabelle Gugnon, Points, octobre 2022,...
Lire la suite
1 2 3 4 10

S'abonner aux publications

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Articles récents

Archives

MEILLEURES LECTURES DU MOMENT

Une chronique au hasard
15
Nov

“Toutes les femmes sauf une”, Maria Pourchet

Le Livre de Poche, août 2021, 128 p., 6,90 €

A l’instar de Marie Richeux, Maria Pourchet, l’autrice de Feu (Ed. Fayard), histoire d’un adultère sous le regard sans concession de mères fantômes, convoque aussi la lignée féminine dans Toutes les femmes sauf une, qui sort en version poche, sous la forme d’une longue lettre adressée à sa fille nouveau-née dans la chambre d’une maternité. La violence et la douleur de l’enfantement, le bouleversement hormonal, la peur de mal s’y prendre, la culpabilisation des infirmières : à peine l’enfant parue, le berceau semble déjà bien lourd. Alors, en lieu et place de la traditionnelle berceuse, l’accouchée, écorchée vive, raconte une histoire à son bébé, une histoire de mères et de filles. Elle couche ainsi sur le papier les paroles de la langue maternelle reçues depuis l’enfance comme autant de coups de la part d’une mère exigeante, rêche et mal-aimante, auxquelles elle-même fillette a tôt opposé les mots des livres consolants, son refuge et son bouclier. Issue d’une lignée de Marie qui se taisent et ne « se la racontent pas », la romancière prend le contrepied et prénomme son enfant Adèle, brisant ainsi une malédiction matrilinéaire, tout en déplorant l’absence du père et la faiblesse des hommes en général. Ici, tout est affaire de femmes, de mères, de grand-mères, et avant elles encore jusqu’à la première coupable : « à côté du berceau qu’il ne faut pas renverser, je nettoie les tombes ». Cette démarche pénible, nécessaire à la jeune mère confiante en l’écriture comme acte réparateur et salvateur, lui donne l’occasion de transmettre cette toute première exhortation à sa fille : « ne participe pas à ta propre oppression ». 

Aline Sirba

We are using cookies to give you the best experience. You can find out more about which cookies we are using or switch them off in privacy settings.
AcceptPrivacy Settings

GDPR